Err

Mauvaises herbes pas si mauvaises

Mauvaises herbes pas si mauvaises

Mauvaises herbes ou adventices… Ne les arrachez pas toutes !

Vous vous demandez comment vous débarrasser des mauvaises herbes? Il serait tentant en ce début de printemps, obligé de rester chez soi, d’en profiter pour avoir un jardin parfait, des massifs sans fausses notes, un gazon digne du plus beau parcours de golf… mais pas trop vite… Ces plantes, que nous appelons « mauvaises herbes »parce qu’elles poussent où elles le souhaitent sans y avoir été invitées, peuvent s’avérer bénéfiques au jardin à condition de bien les gérer.

 

Nuisibles ?


Nul ne dira le contraire : les chardons piquent, le liseron s’entortille autour de tout ce qu’il trouve, les pissenlits étouffent le gazon, les orties se ressèment à une vitesse folle...
De plus, les mauvaises herbes disposent d’une très grande résistance :  elles savent subsister même en profondeur, durant plusieurs années avant de refaire surface, elles peuvent se disperser très facilement et très loin avant de germer de nouveau… Au milieu des cultures, elles entrent en concurrence pour la lumière, l’eau ou encore les nutriments. Par leur présence, elles favorisent l’humidité et le développement de maladies ou l’apparition de champignons néfastes aux plants cultivés. Sans parler des espèces invasives, comme l’ambroisie qui est très allergène. 
 
Alors pourquoi les conserver me direz-vous ? 

 

Zéro pesticide


Tout d’abord, petit rappel indispensable : l’utilisation de produits phytosanitaires (pesticides, désherbants…) est interdite car très toxique pour notre santé et l’environnement. Donc plusieurs options : soit on les laisse proliférer et adieu à notre beau gazon, nos massifs fleuris,notre potager productif…, soit on s’épuise jour après jour à arracher chaque nouvelle pousse observée, soit on trouve une manière de coexister… j’opte personnellement pour la dernière. 

 

Au jardin, les mauvaises herbes ne sont pas si mauvaises. 

 

mauvaises herbes trèfle paquerette

Par leur floraison précoce, les pissenlits, pâquerettes ou véroniques attirent les insectes… ces derniers servent de nourriture aux oiseaux et aux auxiliaires du jardin, quant aux pollinisateurs cela permet qu’ils soient ainsi présents au moment de l’éclosion des fleurs de cerisiers, mirabelliers,pommiers pour votre plus grand bonheur dans les semaines suivantes… Également, le liseron conduit sur un grillage peut s’avérer un brise vue naturel et fleuri durant la belle saison. Lorsque le trèfle envahit le gazon, certes il ne s’agit plus d’un tapis moelleux et dense, mais sa résistance à la sécheresse occasionnelle vous permettra de conserver un espace verdoyant là où votre pelouse se serait transformée en terrain vierge. L’ortie vous offre une délicieuse soupe au printemps et permettra de confectionner un purin d’ortie utilisable ensuite sur vos cultures… 

Alors oui aux mauvaises herbes et pas n’importe comment…

Pour éviter qu’elles ne s’installent là où vous n’en voulez vraiment pas, le paillage du sol les empêche de se développer et de proliférer et offre une protection indispensable au sol contre les lessivages dus à la pluie et l’évaporation en cas de chaleur intense. Vos plantes vous remercieront !
Laisser le minimum d’espace nécessaire entre chaque plante afin de limiter l’accès de la lumière au sol et créer un milieu défavorable aux mauvaises herbes s’avère aussi une bonne option.
La Nature ayant horreur du vide, semez des engrais verts sur les parcelles entre deux cultures ou utiliser la technique du faux semis avant vos plantations de massif.

coquelicots et bleuets

Vous pouvez également les accueillir en les maintenant dans une zone qui leur est dédiée dans le jardin afin de pouvoir les admirer (coquelicots et bleuets font merveilles en dehors des champs de blé…) et permettre aux coccinelles, abeilles et oiseaux d’y trouver refuge…  Attention toutefois à bien choisir cette zone ! (pas d’ortie qui attire les pucerons trop près du potager et des rosiers…). Et puis, de ci de là, admirez les… elles donnent un côté champêtre à votre jardin : des couleurs, des papillons, des oiseaux, des coccinelles…et pourquoi pas des trèfles... à quatre feuilles…

 

Alors laissez leur une petite place et vous pourrez appréciez tout le charme d’un écosystème vivant sous vos yeux!  Et si vous souhaitez un coup de pouce pour le concevoir, c'est par ici 

IJARDIN’R – Mars 2020

Rédigé le  23 mars 2020 16:19 dans ASTUCES  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site